En cas de difficulté pour trouver l'un de ces ouvrages, nous vous suggérons de vous adresser à :
Amazon ou Chapitre

Vous pouvez aussi commander directement à l'auteur des livres (certains sont inédits ou épuisés !), des textes inédits, des CD d'enregistrement de rencontre, etc.

Cliquez ici


Vous trouverez ici la liste des ouvrages disponibles en librairie.
Les ouvrages figurant sur cette page ne peuvent pas être achetés sur ce site.

• L’IRRÉVÉRENCE DE L’ÉVEIL
• CAHIERS D’EVEIL I - Le plus haut degré d’amour de soi
• CAHIERS D’EVEIL II - L’étoile Soi
• PREMIERE PERSONNE
• L’ILLUMINATION SAUVAGE
• UNE PROMPTITUDE CÉLESTE
• LE GRAND PLONGEON
• UNA, Un amour philosophal
• VOYAGE AU CENTRE DE SOI
• MOI, l’évidence perdue
• LA BIENHEUREUSE SOLITUDE DE L’ÂME





L’IRRÉVÉRENCE DE L’ÉVEIL
La spiritualité compte aussi ses prodiges : Stephen Jourdain est de ceux-là. Au terme d’une enfance émerveillée, parsemée de moments où les voiles, un à un se levaient, Stephen Jourdain connaît à seize ans l’éveil un et insécable et se retrouve à jamais « veillant au sein de lui-même d’une veille infinie ». Mais là n’est pas le plus surprenant : loin de se retrancher dans ses paradis intérieurs, il entreprend de vivre une simple existence d’homme, parce que l’éveil « est la plénitude de l’humain ».
Les conversations que nous poursuivîmes matin après matin me paraissent constituer un document extraordinaire quant à la nature de cet éveil dont beaucoup parlent mais que peu connaissent.
Retrouvant Stephen Jourdain autour de sa cafetière, il me semblait être en présence d’un mystique sans masque à qui j’avais le loisir de poser les questions les plus directes.
C’est mon privilège de vous convier à ce voyage au centre de l’éveil. Attachez vos ceintures cependant, le choc risque d’être violent.

Gilles Farcet

Préface à la nouvelle édition
Devenu introuvable après avoir été plusieurs fois réédité et traduit, L'Irrévérence de L'Eveil est ici présenté en une version intégrale augmenté d'un considérable «bonus», composé de nouveaux dialogues entre Steve, moi-même et Denise Desjardins, ainsi que de textes inédits. Puisse cette renaissance insuffler vigueur à ceux qui voudront bien embarquer pour ce que j'appelais déjà en 1992 un «voyage au centre de l'éveil».

Gilles Farcet

Édition Accarias L'originel




CAHIERS D’EVEIL I - Le plus haut degré d’amour de soi
Ce serait déjà bien « d’être là » dans les gestes les plus banals de la vie. Je tourne la clé dans la serrure, cela fait le petit bruit attendu : Je suis là. Je bois un café : Je suis là.
Mais qu’est-ce qui pourrait m’empêcher d’en être conscient ? Après tout, si la sensation est là, moi aussi, je dois être là !


Les Édtions du Relié



CAHIERS D’EVEIL II - L’étoile Soi
Cette étoile de conscience consciente d’elle-même est mon unique corps. J’existe ici, je n’existe qu’ici, et le reste de moi-même, où j’avais l’illusion d’être présent, est une aventure qui ne me concerne nullement.

Les Édtions du Relié



PREMIÈRE PERSONNE
« L’éveil » est venu et il n’est rien resté de l’homme que j’étais jusqu’à ce que cette lame coupe net le fil de ma vie. Cette humanité-là a été consumée, anéantie, dans sa trame et dans son écume. Ce que j’appelais « mon esprit », que j’étais et pratiquais avec une rare ardeur, et ce moi pensant, voulant, qui en était l’habitant, et que je considérais comme le fin du fin, l’indépassable performance, en matière d’intériorité – tout ceci a rejoint le néant des rêves que l’éveil foudroie. Et quelque chose d’entièrement neuf, de totalement inédit, est né. Et cette chose flamboyait comme Dieu. En fait, si j’élimine du mot tous les sens qui lui sont étrangers et le parasitent, je dois dire que j’avais bien affaire à Dieu et à ses feux inouïs … Ce qui venait de naître, de naître des cendres de l’homme, était Dieu. Quelle commotion, Dieu ! Quelle commotion que d’apercevoir le visage de Dieu ! … Quelle commotion que d’apprendre que les traits divins sont ceux de l’homme !



Éditions Les Deux Océans



L’ILLUMINATION SAUVAGE
– Dans quel contexte « l’éveil » s’est-il produit ? Je veux dire : qui était ce jeune garçon que vous étiez alors ? Avait-il des centres d’intérêt particuliers ?
- Il en avait essentiellement un, qu’il creusait avec un zèle peu commun, excessif, même : son propre centre.
– Expliquez-vous …
– Chaque homme, je le suppose, une fois au moins dans son existence, est tombé en arrêt, comme foudroyé, devant ce mystère des mystères : mon être intérieur s’apparaissant à lui-même. Devant le phénomène de la conscience.
Je me sais !!! Et que resterait-il de ce moi sans cette connaissance ?!!!
Une telle rencontre est plus qu’un dessillement : c’est un choc.


Édition Dervy



UNE PROMPTITUDE CÉLESTE
Une promptitude céleste est un ensemble de textes écrits sur une quarantaine d’années. Un florilège que Stephen Jourdain a lui-même rassemblé. C’est le message de ce qu’il a vécu intérieurement sa vie durant. Pour cela il emploie un langage à la fois chrétien et païen, qu’il incurve et infléchit selon son génie personnel. Ses paradoxes ne sont pas coquetteries d’auteur ! À ses yeux, le sacré, dans toute sa sublimité, se révèle davantage dans la richesse du quotidien que dans les édifices orgueilleux de la dévotion. Accéder à la vérité de soi-même, à sa propre valeur infinie, n’est pas entreprise de tout repos.
Il faut ajouter à la lucidité le maniement véloce et acéré de l’esprit zen pour trancher l’illusion de la vérité. Stephen Jourdain n’a aucun respect pour les vérités dites « objectives » rangées comme des faits sur les étagères du savoir. À notre époque consensuelle, à la fois mercantile et technique, son cri est libérateur.


Vous trouverez dans ce livre des ouvrages qui sont épuisés comme :
« Cette vie m’aime » ; « Eveil » ; « La flèche de Talc »

Les Édtions du Relié



LE GRAND PLONGEON - Conférence à la Sorbonne
« Qu’est-ce que la conscience ? », s’interrogea-t-il ? Ce jour-là, la chance était avec lui, et une évidence fondit aussitôt sur lui : que resterait-il et de lui-même et de la grande question s’il n’était conscient de lui-même se la posant !

Édition Le Mercure Dauphinois



UNA, Un amour philosophal
En juillet dernier, cette femme m’a rendu visite à Arglavara. C’était la troisième fois que je la rencontrais, et, jusqu’alors, elle n’avait représenté dans ma vie qu’un petit détail gris – laissant percer, il est vrai, une espèce de phosphorescence, une musique peut-être, un chant jamais entendu. Dans l’intervalle des rencontres, elle m’avait écrit quelques lettres …

Les Édtions du Relié



VOYAGE AU CENTRE DE SOI
Stephen Jourdain nous apprend à naître à nous-même, à ne jamais nous perdre dans un pseudo-réel illusoire ou fictif que nous prenons pour la réalité quotidienne. Il nous enseigne surtout la possibilité d’être inaltérablement en recul par rapport à notre identité, sans pour autant récuser les couleurs de la vie. C’est paradoxalement de cette distance à soi que jaillit la personne humaine dans sa plénitude suprême.
La « bonne nouvelle » qu’il délivre exige à la fois un regard d’enfant et une vigilance de tous les instants.
Il est impératif de « veiller », de laisser brûler le « je suis » fondamental sans l’abandonner jamais dans les cendres de ses attributs.

Jean-Louis Accarias


Édition Accarias L'originel



MOI, l’évidence perdue
(…)
Question : Prendre conscience, veiller, c'est tout ce qui nous est demandé ?
STEVE : La seule voie vers la vérité de soi est cette sente abrupte, difficile.
Question : Alors, je vais devenir chèvre !
STEVE : Vous, vous m'êtes sympathique.
Question : Quelle différence y a-t-il entre mon moi intérieur et mon essence spirituelle ?
STEVE : Le moi pensant n'est qu'une mise en dérivation de notre essence spirituelle ; si vous préférez, une simple extension, sans réalité ni nécessité propres, de notre âme ; une sorte d'annexe ludique de celle-ci.
Question : Quid alors des pensées produites par ce moi pensant ?
STEVE : Notre essence spirituelle elle-même pense en une unique fois - sous la forme d'une pensée unique et sans bord - notre moi pensant en train de produire ses pensées à lui.
Les pensées que je suis dans l'illusion de produire effectivement, ne sont donc, en vérité, qu'une pensée de pensées.
(…)

Édition Accarias L'originel



LA BIENHEUREUSE SOLITUDE DE L’ÂME
Notre vie mentale à laquelle nous attachons tant d'importance est fiction pure. Mais qui dit fictif, ne dit pas pervers. Il s'agit simplement de reconnaître cette fiction comme telle.
Dans une approche subtile et rigoureuse, qui permet à l’intuition de s’éveiller, Stephen Jourdain, éliminant tous les grands piliers sur lesquels nous reposons, parle de l’essentiel. Ne réduisant pas l'intériorité à la subjectivité, il nous invite à percer à jour le phénomène clé de l'image mentale-moi.
Il s'agit de se réveiller du roman de notre esprit, en évitant que le vivant de soi ne devienne captif d'une quelconque affirmation.


Édition Accarias L'originel


© Stephen Jourdain, 2004, - Webmaster : pnathan@wanadoo.fr